Communication supplémentaire concernant l'éclosion d’infections à E. coli associées à la laitue romaine

Voici des points à noter :

  1. Pourquoi le CDC recommande-t-il de cesser toute consommation de laitue romaine alors que l'ASPC limite cette recommandation à l'Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick?
    • Le CDC et l'ASPC communiquent régulièrement concernant les questions liées aux éclosions potentielles, mais leurs avis publics ciblent expressément les pays qui relèvent de leur compétence. L'ASPC conseille les consommateurs en fonction du nombre de cas confirmés au Canada, lesquels ont été localisés uniquement en Ontario, au Québec et au Nouveau-Brunswick. L'avis du CDC a été basé sur le risque apparent suite aux résultats de l'enquête et dans ce cas-ci, c'est l'ensemble des États-Unis qui est touché.
  2. D'où provenait la laitue romaine quand l'éclosion a eu lieu?
    • La laitue romaine vient probablement d'une des zones agricoles de la Californie.
  3. D'où provient la laitue romaine actuellement?
    • Actuellement, la laitue romaine provient du sud des États-Unis et du Mexique. Plus précisément, elle est cultivée dans la région agricole de Yuma qui comprend le sud-est de l'Arizona, le nord-est de la Basse-Californie (Mexique) et le sud-est de la vallée impériale de la Californie. La vallée impériale est géographiquement à l'écart des autres régions agricoles de la Californie.
  4. Que fait notre secteur pour déterminer la source des problèmes récents et pour s'assurer que ces éclosions ne se produisent pas à nouveau?
    • L'ASPC, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) et les organismes américains de réglementation examinent et cherchent activement l'origine de la contamination de la laitue romaine pour déterminer l'origine précise de la contamination. Ces organismes vont continuer de surveiller la région et collaborent avec le secteur pour assurer la salubrité des produits cultivés dans ces zones. Les membres du Leafy Greens Marketing Agreements (LGMA) de la Californie et de l'Arizona collaborent avec les experts en salubrité des aliments, le monde universitaire et les gouvernements pour créer des méthodes améliorées de culture, de récolte et de traitement de la laitue romaine afin de continuer de réduire les risques associés au produit.
  5. Quels sont les signes et les symptômes d'une infection à E. coli?
    • Les symptômes de l'infection à E. coli sont : vomissements, maux de tête, légère fièvre, violentes crampes d'estomac, diarrhées liquides ou sanglantes. Dans les cas très graves, l'infection peut provoquer le syndrome urémique hémolytique, lequel peut détruire les reins. Pour en savoir plus, veuillez consulter l'avis de l'ASPC ou le lien informatif de l'ASPC sur l'E. coli.
  6. Qu'est-ce que le consommateur devrait faire s'il pense avoir contracté l'infection à E. coli?
    • Dans la plupart des cas, les individus en santé infectés par l'E. coli guérissent en une semaine environ. Durant cette période, ils doivent éviter les aliments préparés, avoir une bonne hygiène et se reposer. Les individus qui sont les plus à risque (p. ex., les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes âgées, les enfants en bas âge ou les personnes qui souffrent de maladie chronique) devraient immédiatement consulter un professionnel de la santé ou se rendre aux services d'urgence.
  7. Combien de temps dure l'éclosion?
    • On ne sait pas combien de temps durera l'éclosion, mais le secteur suit les recommandations du gouvernement et prendra des mesures pour s'assurer que les consommateurs se sentent à l'aise d'acheter et de consommer les produits. Aucun autre cas d'infection à E. coli associé à la laitue romaine n'a été confirmé au Canada par l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) après la semaine du 28 octobre au 3 novembre 2018.

Éléments généraux sur la salubrité alimentaire

  • La santé des Canadiens et de toute la communauté est notre priorité.
  • Nous nous engageons à respecter les normes strictes de salubrité des aliments à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement des fruits et légumes.
  • L'ACDFL continue de surveiller la situation actuelle et informera les membres dès qu'il y aura d'autres nouvelles.
  • L'ACDFL reste en contact avec l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC)/Santé Canada, les Centers for Disease Control and Prevention, la Food and Drug Administration des États-Unis et les collègues au sein d'autres associations de fruits et légumes frais touchées par l'éclosion.
  • Les fruits et les légumes frais restent un élément essentiel d'une saine alimentation.

 

Pour toutes questions, n'hésitez pas à contacter : 
Marie de Tarlé
Adjointe à la direction et aux affaires publiques
AQDFL (Associationquébécoise de la distribution des fruits et légumes)
(+1) 514 355-4330 #221 - mdetarlesalmon@aqdfl.ca

Back to news list